Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EUTOPIE : Voyages géographiques, oniriques et poétiques de M. Rigan

PARTI POUR CROATAN

Soirée cinéma : Monstres

Publié le 7 Décembre 2015 par Mako Rigan in Cinéma

Il y a quelques jours j'organisais ma 1ere soirée vidéo (depuis que je suis revenu en France) pour partager ma passion du cinéma. On était seulement 4. Pas mal pour un événement qui s'est décidé la veille au soir... La 1ere thématique que j'ai choisie s'appelle « Monstres ».
 
Le premier film prévu était Guerrière (Kriegerin), film allemand de David Wnendt sorti en 2011.
Il met en scène Marisa, une jeune femme vivant dans l'ex-RDA, néo-nazie convaincue, pleine de haine et de préjugés. Avec sa bande elle enchaîne les actes violents visant les étrangers non-blancs ou des victimes choisies au hasard. Les hommes de la bande se préparent à la guerre. Mais la vie aurait plus d'imagination que nous… Un jour elle se remet en question. La caméra la suit d'une manière quasi-neutre. On ne sait pas ce qu'elle pense. On ne voit que ses actions. Ce qui m'a frappé dans ce film, c'est les relations parents-enfants marquées par la violence, le mensonge et l'incompréhension. Et pour cause : ils ne sont pas nés dans la même société. Le rapport entre Marisa et sa mère est teinté de haine, Marisa étant proche de son grand-père, ancien nazi, que sa mère déteste, mais que Marisa admire. Les vestiges du passé ont aussi une importance symbolique. Dans un squat on voit une vieille carte de l'Europe du temps du bloc de l'Est, L'URSS occupant une place colossale, sous la forme d'une fresque murale écaillée. Chez les néo-nazis, par contre, on voit une carte de l'ancienne Prusse accrochée au mur. Cet ancêtre de l'Allemagne qui faisait trembler l'Europe jusqu'à la Première Guerre mondiale.
 
La bande annonce (VO sous-titrée en français) :
 
Le second film prévu était Equilibrium de Kurt Wimmer, réalisé en 2002 aux USA.
Après un holocauste nucléaire, une société a été mise en place dans laquelle les émotions sont interdites, car jugées responsables de ce qui a failli éradiquer l'humanité. Le prozium est imposé comme remède au mal émotionnel et les citoyens obligés de s'en injecter. Le personnage principal est John Preston, un ecclésiaste, sorte de prêtre-soldat luttant pour le gouvernement contre les « déviants émotionnels ». Il y a de Matrix dans ce film. L'esthétique des scènes de combat entre Preston et ses ennemis le rappelle. La promo racoleuse de l'époque également. J'y ai vu aussi du 1984 d'Orwell, du Farenheit 451 de Bradbury (pour ma part, j'ai vu l'adaptation au cinéma de Truffaut sans avoir lu le livre). Preston, qui est le « monstre » de ce film, va lui aussi connaître une remise en question…
 
La bande annonce (ici en version doublée en français) :
 
Comme on était peu nombreux à cette première séance, j'ai proposé de prendre des libertés sur le programme. On a donc regardé quelques courts-métrages à la place du 2e film, dont Pierre et le loup (Sergei Prokofiev's Peter & the Wolf) de Suzie Templeton, durant une demi-heure et sorti en 2006.
 

(le film ci-dessus...)

 

A suivre...
Commenter cet article