Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
EUTOPIE : Voyages géographiques, oniriques et poétiques de M. Rigan

PARTI POUR CROATAN

"Peter, Ronnie, Joe and Mary" (pièce de théâtre)

Publié le 27 Avril 2014 par Mako Rigan in Pensée du soir, Théâtre, Folie, Vies d'artistes

Ce soir je suis allé au théâtre. "Peter, Ronnie, Joe and Mary" de la Cie des Héliades. Un texte inspiré de "Un voyage à travers la folie" de Mary Barnes. Je connaissais l'histoire de Mary Barnes, schizophrène, on m'avait offert son livre il y a des années et je ne l'avais jamais lu, craignant peut-être ce que j'allais y trouver. Mais entre-temps j'ai vu des états psychotiques dans mon entourage. Et j'ai aimé quelqu'un qui se battait contre lui-même et m'attaquait comme si j'avais été un personnage de son film intérieur. On comprendra que cette pièce m'a remué.
Marie Barnes

Marie Barnes

Je salue la vie et l’œuvre de Mary Barnes, mais aussi la force de Véronique Widock, la comédienne, qui a joué seule pendant plus d'une heure, les dialogues et monologues, les récits et les fantasmes, les crises et flashbacks, les phases de l'évolution d'une femme torturée dans son âme et dans son corps.
J'ai eu peur, j'ai été attendri, j'ai ressenti sa souffrance ou ses espoirs, traversant une floppée d'états émotionnels en fonction des émotions qui irradiaient de la scène.
Mary Barnes a eu la chance de connaître une structure alternative inspirée par l'anti-psychiatrie. Elle a ensuite été reconnue comme artiste. Ça m'a donné de l'espoir. On peut donc s'en sortir. Certaines phrases et idées sorties de la bouche du personnage de Mary m'ont soufflé, car elles m'ont renvoyé avec force à des expériences vécues. Comment le "fou" qu'on enferme donne raison à sa famille dysfonctionnelle (l'exemple de son frère), alors que s'il est soigné et qu'il va mieux, il fait exploser les bases de sa famille (son ancienne cage). Comment sa famille vue de l'extérieur pouvait donner l'image d'être une famille modèle... et comment aussi le manque de tendresse n'était que le revers de la violence qui y couvait. Merci Marie Barnes !
Et merci Véronique Widock !
"Peter, Ronnie, Joe and Mary" (pièce de théâtre)
Commenter cet article